Bibliothèques médicales / CPS - Kangu

Edition de manuels de santé et constitution de bibliothèques médicales

htg

Témoignages

Quelques réflexions des élèves infirmières ou  sages-femmes au sujet du manuel « Maternité et Santé »

(Réflexions recueillies par les collaborateurs du Centre pour la Promotion de la Santé de Kangu Mayumbe)

Antoinette Tsumbu - Infirmière sage-femme en service à la Maternité de Kangu Mayumbe

Une nuit, j’étais en service à la maternité de Kangu lorsque j’ai vu sortir du vagin le bras d’un bébé. J’étais vraiment affolée. En effet, notre professeur d’obstétrique, le docteur André, nous avait expliqué qu’après le bras devait sortir en même temps la tête et le tronc, ce qui est impossible. Si l’on n’intervenait pas tout de suite, cela aboutissait toujours à la mort de l’enfant et quelques heures plus tard à la mort de la maman. Je savais qu’il y avait une technique que le docteur André nous avait expliquée. Je suis vite allé revoir le livre « Maternité et santé ». Heureusement j’ai trouvé ce manuel sur place. J’ai relu la description de la manœuvre. Je devais donc, avec ma main aller refouler le bras et partir à la recherche d’un pied, je devais ensuite retirer ce pied du bébé puis la première jambe, ensuite la seconde jambe et enfin sortir l’enfant par le siège. Ce que j’ai fait et j’ai eu la chance de voir l’enfant vivant. J’étais vraiment paniquée car je n’avais jamais fait cette manœuvre.

Joséphine Kobo – Infirmière  accoucheuse à Nzobe Luzi

Lors d’un examen d’une femme en travail, j’ai constaté que mon doigt pénétrait dans le placenta. Je savais qu’il s’agissait d’un placenta prævia. Nous avions appris au cours d’obstétrique « le placenta prævia ».  Cela était bien expliqué dans le manuel « Maternité et santé ». Une seule solution c’était la césarienne. J’ai immédiatement averti le docteur et moins d’une heure plus tard l’enfant était là vivant.

Monique Umba - Elève infirmière à l’école médicale de Kizu

Lors d’un accouchement que je surveillais à la maternité j’ai constaté que la tête de l’enfant sortait avec le cordon ombilical autour du cou. Le sang ne circulait plus à travers le cordon, l’enfant allait donc mourir en asphyxie. J’ai immédiatement utilisé la ventouse obstétricale pour terminer l’accouchement dans les trois minutes. J’ai alors réussi à réanimer l’enfant sans problème. Cette technique de la ventouse obstétricale était bien expliquée dans le livre « Maternité et santé ».