Bibliothèques médicales / CPS - Kangu

République démocratique du Congo
2012 - 2014
Education, Santé
Edition de manuels de santé et constitution de bibliothèques médicales

Project Content and comments

Description

Ce projet consiste à appuyer la constitution de bibliothèques médicales et à rééditer un manuel pratique, intitulé « Maternité et santé », afin de pallier à la carence en supports de formations pour les agents de santé (infirmier(e)s, sages-femmes) et à outiller le personnel médical de terrain, particulièrement dans les régions isolées du pays. En effet, c’est dans ces zones que les femmes ont le plus besoin d’une assistance au moment de l’accouchement.

 

Contexte

En RDC, un accouchement sur 100 est mortel. Pour améliorer cette situation, le Centre pour la promotion de la santé – Kangu a réalisé, depuis 50 ans, toute une série de manuels destinés à une formation mieux adaptée des infirmières et des sages-femmes face aux problématiques liées à l’accouchement et la maternité. Cependant, les écoles d’infirmerie du Congo (420) disposent en général de très peu de moyens et donc d’un accès très limité aux manuels de formation.

 

Durée & Localisation

Le manuel et les bibliothèques sont destinés à équiper les écoles médicales et le personnel de santé au niveau du pays tout entier, sachant que c’est dans les zones rurales isolées qu’ils présentent le plus d’utilité.

L’appui de la Fondation JFP s'est étalé de 2011 à 2014.

 

Réalisations

1. en 2011 par la FJFP a permis de doter 5 Instituts Technique Médical de la région du Kasaï en bibliothèques médicales ;

2. la Fondation JFP a également financé la réédition, en 5 000 exemplaies, du manuel « Maternité et santé - notions d’obstétriques », ainsi que sa diffusion. Il s’agit d’un manuel élaboré par les Dr I. Rotsart de Hertaing et Jacques Courtejoie. Dans sa version antérieure, le manuel comportait environ 450 pages ; il est illustré de nombreuses photos, dessins et schémas. Il a été revu, corrigé et complété quatre fois depuis sa première édition. L’ouvrage aborde les différentes questions liées à l’accouchement et ses complications possibles, de manière à la fois technique, détaillée et pratique.

3. en 2014, la Fondation JFP a soutenu la constitution de 6 nouvelles bibliothèques médicales destinées à des écoles d’infirmières situées dans la région de Gemena et à Bosobe.

 

Le partenaire local

Le Centre pour la Promotion de la Santé (CPS) – Kangu est situé dans la région du Bas-Congo, à l’extrême ouest du pays. Il s’agit d’une ONG congolaise, créée en 1966 à l’initiative d’un médecin belge, ancien expert à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Genève. Le centre est dirigé par une équipe de trois personnes ; son directeur, M. Clément Nzungu Mavinga, est assistant en santé publique. 

L’objectif du Centre est la promotion de la santé par la participation des populations concernées et de leurs élites. Plus concrètement, le Centre œuvre activement à la formation d’infirmières et de sages-femmes. C’est ainsi qu’il a mis au point des manuels médicaux bien adaptés aux situations locales, aux problèmes que ces jeunes infirmières vont rencontrer dans leur vie professionnelle, et aux responsabilités qui leur seront confiées lorsqu’elles seront en service dans un centre de santé isolé. Les références du CPS sont très nombreuses et de qualité ; ses ouvrages largement diffusés et connus à travers tout le Congo (et au-delà).

Quelques réflexions des élèves infirmières ou  sages-femmes au sujet du manuel « Maternité et Santé »

(Réflexions recueillies par les collaborateurs du Centre pour la Promotion de la Santé de Kangu Mayumbe)

Antoinette Tsumbu - Infirmière sage-femme en service à la Maternité de Kangu Mayumbe

Une nuit, j’étais en service à la maternité de Kangu lorsque j’ai vu sortir du vagin le bras d’un bébé. J’étais vraiment affolée. En effet, notre professeur d’obstétrique, le docteur André, nous avait expliqué qu’après le bras devait sortir en même temps la tête et le tronc, ce qui est impossible. Si l’on n’intervenait pas tout de suite, cela aboutissait toujours à la mort de l’enfant et quelques heures plus tard à la mort de la maman. Je savais qu’il y avait une technique que le docteur André nous avait expliquée. Je suis vite allé revoir le livre « Maternité et santé ». Heureusement j’ai trouvé ce manuel sur place. J’ai relu la description de la manœuvre. Je devais donc, avec ma main aller refouler le bras et partir à la recherche d’un pied, je devais ensuite retirer ce pied du bébé puis la première jambe, ensuite la seconde jambe et enfin sortir l’enfant par le siège. Ce que j’ai fait et j’ai eu la chance de voir l’enfant vivant. J’étais vraiment paniquée car je n’avais jamais fait cette manœuvre.

Joséphine Kobo – Infirmière  accoucheuse à Nzobe Luzi

Lors d’un examen d’une femme en travail, j’ai constaté que mon doigt pénétrait dans le placenta. Je savais qu’il s’agissait d’un placenta prævia. Nous avions appris au cours d’obstétrique « le placenta prævia ».  Cela était bien expliqué dans le manuel « Maternité et santé ». Une seule solution c’était la césarienne. J’ai immédiatement averti le docteur et moins d’une heure plus tard l’enfant était là vivant.

Monique Umba - Elève infirmière à l’école médicale de Kizu

Lors d’un accouchement que je surveillais à la maternité j’ai constaté que la tête de l’enfant sortait avec le cordon ombilical autour du cou. Le sang ne circulait plus à travers le cordon, l’enfant allait donc mourir en asphyxie. J’ai immédiatement utilisé la ventouse obstétricale pour terminer l’accouchement dans les trois minutes. J’ai alors réussi à réanimer l’enfant sans problème. Cette technique de la ventouse obstétricale était bien expliquée dans le livre « Maternité et santé ».